Résultats et analyses de notre enquête sur les françaises et le harcèlement dans les lieux publics (en partenariat avec l’IFOP)

Enquête IFOP sur le harcèlement des femmes dans les lieux publics

Aujourd’hui et à l’occasion de la semaine internationale de lutte contre le harcèlement de rue (du 8 au 14 avril 2018), sort notre nouvelle enquête réalisée en partenariat avec l’IFOP au sujet du  harcèlement sexuel qui est vécu au quotidien par des femmes dans les lieux publics et semi publics, plus particulièrement dans la rue ou les transports en commun qu’elles empruntent chaque jour.

Contexte de l’enquête 

Après avoir développé une étude au sujet des  Françaises et le harcèlement sexuel au travail et une autre sur l’avis des français sur les mesures du nouveau projet de loi contre les violences sexistes et sexuelles, nous avons cette fois décidé de centrer le travail sur les expériences de harcèlement sexuel vécues dans les espaces publics, la rue, les transports, … focalisé sur les premières victimes, à savoir les femmes.

Harcèlement de rue

Nous vous le disions précédemment, le harcèlement sexuel n’est pas uniquement limité au simple cadre professionnel, mais il peut aussi avoir lieu dans d’autres milieux dans lesquels nous évoluons chaque jour, et la pression psychologique qu’engendre le harcèlement sexuel peut avoir une grande influence sur notre état de santé mental et notre bien-être physique qui peuvent se dégrader.

Et comme nous vous l’expliquions dans le précédent article sur les mesures du nouveau projet de loi contre les violences sexistes et sexuelles, le but d’un tel travail de définition et de législation, en plus de sanctionner les mauvais comportements, permettra à une femme victime de s’exprimer plus librement, d’avoir plus facilement recours à la justice et donc de ne plus rester seule dans le silence.

Pour finir, nous avions déjà abordé le sujet du harcèlement sexuel dans la rue en explicitant ce qui en relève et les sanctions jusque-là en vigueur.

Le but avec cette nouvelle  enquête est de mesurer cette fois la fréquence, les caractéristiques des actes, leur gravité (du harcèlement verbal à l’agression physique sexuelle), et les profils des victimes, afin de dresser le bilan de la situation actuelle de ce phénomène « genré » d’insécurité que sont les violences sexuelles et sexistes qui ont lieu dans les espaces publics en France, à savoir : l’expérience pour une femme d’atteintes ou d’agressions sexuelles dans les transports en commun, d’atteintes ou d’agressions sexuelles dans la rue.

Harcèlement de la femme (photo)

Cette enquête intitulée « Observatoire du harcèlement sexuel : le harcèlement dans les lieux publics » a été menée en ligne du 26 au 29 janvier 2018, auprès d’un échantillon de 2008 femmes de 15 ans et plus, représentatif de la population féminine âgée de 18 ans et plus et respecte fidèlement les principes scientifiques et déontologiques de l’enquête par sondage.

Quel type de violence sexiste et sexuelle dans les lieux publics ?

Par situation de harcèlement dans les lieux publics, on entend différents types d’atteintes ou d’agressions sexistes et sexuelles, c’est-à-dire :

  • check
    Le harcèlement visuel: le fait d’être visée par des regards insistants, déplacés, des gestes grossiers à connotation sexuelle
  • check
    Le harcèlement verbal: le fait d’être sifflée, de faire l’objet de remarques, d’être visée par des moqueries ou des insultes sexistes ;
  • check
    Les pressions ou menaces psychologiques: le fait d’être abordée avec insistance malgré une absence de consentement,  d’être suivie une partie de son trajet sans le vouloir ;
  • check
    L’exhibitionnisme: le fait d’être spectatrice involontairement d’un passant ou d’un passager de transport en commun qui exhibe son sexe ;
  • check
    Les agressions sexuelles: le fait qu’un passager ou un passant se frotte à une personne de manière déplacée, de faire l’objet de caresses ou d’attouchements à caractère sexuel (comme par exemple une main aux fesses, une caresse sur la cuisse…), ou d’un acte de pénétration sexuelle avec violence, contrainte ou surprise (viol).

Résultats de l’enquête & analyses

Passons maintenant directement aux résultats de l'enquête et analysons ensembles les chiffres qui en ressortent.

Pour rappel : cette enquête est réalisée en partenariat avec l'IFOP

Ifop logo
Victime d'harcèlement dans les lieux publics

L’expérience d’atteinte ou d’agression sexuelle dans les transports en commun 

Près des trois quart des femmes interrogées dans le cadre de notre étude ont vécu au moins une fois au cours de leur vie au moins une des formes d’agressions sexuelles dans les transports en commun.

74%

Chiffre marquant : 

74 % des femmes ont répondu positivement à la question «  Au cours de votre vie, avez-vous déjà vécu une de ces formes d’agressions sexuelles dans les transports en commun?».  

Ceci représente une grande majorité. Et pour plus de la moitié des femmes interrogées (55%), l’événement a été vécu récemment (il y a moins d’un an).

Parmi les agressions vécues, les plus courantes sont l’agression visuelle et l’agression verbale, à savoir, un regard insistant (61% des femmes disent avoir été regardées avec insistance au moins une fois), ou le sifflement (56% des femmes ont déjà été sifflées).

Ce sont aussi les formes d’agressions qui sont les plus dures à « dénoncer » en tant que telles, car elles n’impliquent pas de contact direct avec la victime, mais qui peuvent pourtant entraîner une forme de dégradation psychologique, une sensation de malaise ou de peur chez la victime.

Ces hauts chiffres révèlent que ces expériences sont hélas très courantes et quasi quotidiennes dans l’espace public en France.

En ce qui concerne les pressions psychologiques, plus d’un tiers des femmes ayant répondu à l’enquête ont déjà été suivies avec insistance sans le vouloir durant une partie de leur trajet (37 %) – c’est ce qui est aussi appelé le « stalking », ou filature en français-  et/ou ont déjà été abordées avec insistance sans le consentir (38%).

Ces tentatives d’approches insistantes, sans être des atteintes corporelles directes, n’en constituent pas moins une réelle entrave au déplacement de la victime et peut susciter une sensation de crainte, un malaise ou la peur que ces situations évoluent en une forme plus grave d’agression sexuelle.

Enfin, plus du quart de ces femmes ont déjà fait l’objet au cours de leur vie de gestes grossiers à connotation sexuelle (27%),  et/ou de remarques ou insultes sexistes (27%).

Concernant les agressions sexuelles, c’est-à-dire un rapport ou attouchement sexuel forcé, près d'une femme sur trois explique en avoir déjà été victime.

30%

Chiffre marquant : 

 30 % des femmes interrogées avouent avoir été victime de « frotteurisme » déplacé dans les transports, et 27 % avoir été victime d’attouchement ou caresses à caractère sexuel (comme une main aux fesses).

L’expérience d’atteinte ou d’agression sexuelle dans la rue

Les mêmes questions ont été posées aux femmes interrogées, mais cette fois en ce qui concerne la rue, et c’est le même constat qui en ressort.

76%

Chiffre marquant : 

Plus de trois quarts des femmes (76 %) ont déjà vécu au moins une fois au cours de leur vie une de ces agressions dans la rue, et pour 20 % d’entre elles, elles en ont fait l’expérience il y a moins d’un an.

La majorité de ces atteintes concernent le harcèlement visuel (60 % se sont faites regardées avec insistance, et pour 40 %, cela s’est passé au cours des douze derniers mois) et le sifflement (62 % des femmes qui ont répondu au questionnaire sont concernées, et pour une grande majorité de 51 %, elles en ont fait l’expérience durant l’année en cours).

Proportion de femmes ayant été victimes d’agressions ou d’atteintes sexuelles dans un lieu public (que ce soit la rue ou les transports en commun) 

D’après les résultats de cette étude, une grande majorité de femmes a fait l’objet d’au moins une forme d’atteintes ou d’agressions sexuelles dans un lieu public, que ce soit dans la rue ou les transports en commun, au cours de sa vie.

81%

Chiffre marquant : 

81% des femmes interrogées déclare avoir déjà fait l'objet d'une forme d'atteintes ou d'agressions sexuelles dans un lieu public 

Pour la grande majorité, ce sont des sifflements ou des regards insistants (68% pour les deux) mais d’autres actes dérangeant et inadaptés sont toutefois encore trop communs et dégradants pour la femme : être abordée ou suivie avec insistance sans émettre son accord (pour 44-45% des femmes interrogées), faire l’objet de gestes grossiers (32%)  ou de remarques et/ou insultes sexistes (34%).

Autre résultat qui choque: plus du quart d’entre elles, ont été spectatrice involontaire d’un passager ou passant ayant exhibé son sexe devant elle, ce qui représente  d’une atteinte sexuelle visuelle psychologiquement traumatisante.

28%

Le chiffre marquant : 

28% des femmes interrogées déclarent avoir été spectatrice d'un passager (ou un passant) ayant exhibé son sexe devant leurs yeux

Contact ou rapport imposé, non consenti dans un lieu public

Nombre de femmes aggressées sexuellement

Le chiffre qui nous alarme dans cette partie est que 41% de ces femmes interrogées dans le cadre de cette étude ont été victimes d’un contact ou d’un rapport sexuel non consenti dans un lieu public : être frottée (32%) ou touchée sans le vouloir (pour 29% des femmes interrogées).

41%

Chiffre marquant : 

41% des femmes interrogées déclarent avoir eu un contact ou un rapport sexuel non consenti dans un lieu public

Enfin, pour 8 femmes sur 100, cela est allé jusqu’au viol : une agression sexuelle avec pénétration, violente, contrainte ou surprise dans un lieu public, un espace qui appartient à toutes et tous et qui est censé être un espace de circulation libre pour tout le monde.

Des agressions sexuelles (contacts ou rapports sexuels forcées) plus fréquents dans les transports que dans la rue

Il semble y avoir de fortes différences entre les deux espaces publics.

Ces actes graves représentant un délit passible de sanctions lourdes allant jusqu’à l’emprisonnement semblent avoir davantage lieu dans les transports que dans la rue : 30% des femmes y ont déjà été victimes de frotteurisme par une personne sans le consentir (pour 4% d’entre elles, c’était il y a moins d’un an) alors qu’elles sont 13% à en avoir été victime dans la rue, 26 % ont fait l’objet de caresses ou d’attouchements sexuels dans les transports en commun (4% d’entre elles, là encore, c’était il y a moins d’un an) contre 15% dans la rue.

Enfin, 7% des femmes interrogées disent avoir déjà été victimes de viol dans les transports en commun, c’est-à-dire d’une pénétration sexuelle avec violence, contrainte ou surprise (elles sont 3 % à en avoir été victime durant l’année précédente). Elles sont 4% à en avoir été victimes dans la rue.

Cette fréquence plus importante d’agressions sexuelles dans les transports peut éventuellement s’expliquer par la proximité facilitée des personnes dans ces environnements, surtout durant les heures de pointe.

  • Au total, plus d’une femme sur trois a déjà été agressée sexuellement dans les transports en commun, au sens juridique du terme.

Evolution depuis l’année 2000 du nombre de femmes victimes d’agressions ou atteintes sexuelles dans un lieu public au cours des 12 derniers mois

Un autre fait alarmant au vu des résultats de cette étude, est que ce phénomène semble croître et toucher de plus en plus de femmes, et de plus en plus fréquemment.

Evolution du harcèlement de rue

La présente étude menée a été comparée à une étude plus ancienne (Etude Ined - ENVEFF  élaborée entre Mars et juillet 2000) à propos de trois des thèmes abordés :

  • check
    Etre suivie une partie de son trajet sans le vouloir
  • check
    Assister à de l’exhibitionnisme (un passager/passant à exhibé son sexe devant vous)
  • check
    Agression sexuelle (caresses ou attouchements à caractère sexuel)

La comparaison montre que de l’année 2000 à l’année 2018, près du double de femmes dit avoir été suivie durant une partie de son trajet récemment, à savoir durant l’année précédente (le chiffre passe de 5.2 % en 2000 à 10% en 2018). Une augmentation aussi significative qu'alarmante pour notre époque.

De 1.8 % de femmes qui disaient avoir été victimes d’une exhibition sexuelle de la part d’un agresseur durant l’année précédente, on passe à 5% en 2018.

Enfin cette tendance ne s'arrête pas là. On constate également que plus du double des femmes a été victime d’un attouchement ou d’une caresse à caractère sexuel non consentie au cours des douze derniers mois, puisqu’elles étaient 1.9% en 2000 et sont 5% en 2018.

Le profil des victimes de harcèlement dans les lieux publics

Toutes les femmes ne semblent pas être exposées au même risque de harcèlement dans les lieux publics.

Profil des françaises victimes de harcèlement de rue

Le profil des victimes d’approches verbales ou visuelles déplacées et non désirées dans les lieux publics 

Que ce soit dans la rue ou les transports en commun, les caractéristiques des femmes victimes de sifflements importuns de regards insistants ou d’approches verbales insistantes semblent en général être assez similaires : il s’agit en majorité de jeunes femmes de moins de 25 ans, appartenant à une catégorie économique populaire, résidant en majorité dans des banlieues défavorisées de grandes agglomérations.

On, observe également une surexposition des femmes issues de minorités, et particulièrement religieuses (musulmanes), aux différentes formes d’agression ou d’atteinte sexuelle dans les lieux publics.

Ce dernier fait avait déjà été mis en lumière dans deux enquêtes précédentes à savoir l’ENVEFF (en 2000) et une autre enquête intitulée VIRAGE et menée en 2015.

61%

Chiffre marquant : 

Au cours de ces douze derniers mois: 61% de jeunes filles de moins de 25 ans ayant répondu à l’enquête ont été victimes d’une forme d’atteinte ou d’agression sexuelle. Elles sont pour la majorité étudiantes ou lycéennes.

Plus généralement, dans la rue, 55 % des femmes de moins de 25 ans ont fait l’épreuve de harcèlement de ce type au moins une fois au cours de l’année précédente, et les victimes sont en majorité lycéennes ou étudiantes là encore (57 %).

En ce qui concerne leur orientation sexuelle, le chiffre est également très évoquant : 

45%

Le chiffre marquant : 

45% des femmes ayant été harcelées sont homo ou bisexuelles, contre 20% chez les hétérosexuelles

Dans les transports en commun, 53% des jeunes filles de moins de 25 ans ont été victimes au cours des 12 derniers mois d’atteintes ou d’agressions sexuelles et les lycéennes semblent être une fois de plus celles qui en sont le plus exposées, car 55% d’entre elles ont vécu ce genre d’expériences au cours de l’année passée.

Les femmes dont l’orientation sexuelle est bisexuelle ou homosexuelle en sont, ici encore, davantage victimes que les hétérosexuelles. 41% d’entre elles ont en effet affronté ce genre d’expériences, contre 22% pour les hétérosexuelles.

Concernant le profil des femmes victimes de contacts ou rapports sexuels imposés dans les lieux publics

D’après notre enquête, ces formes graves d’agressions sexuelles affectent particulièrement les femmes aux revenus modestes, ou appartenant aux catégories populaires.

Il semble également exister une inégalité territoriale face aux violences faites aux femmes dans les espaces publics. L’expérience d’atteintes ou d’agressions est plus fréquente en milieu urbain, que dans les communes rurales. Cela peut s’expliquer par le fait que davantage de femmes sortent seules le soir dans les grandes villes.

L’agglomération parisienne est ainsi la zone où l’on recense le plus de victimes : elles sont trois fois plus nombreuses que dans les communes rurales à avoir été victimes de frotteurisme, et d’attouchements sexuels, et deux fois plus y ont été victimes de viol.

Comme pour les autres types de violences, les jeunes femmes (moins de 35 ans) semblent être plus affectées.

Conclusions et rappels

Beaucoup de femmes victimes d’agression ou d’atteinte sexuelle ou sexiste renoncent encore à entreprendre un recours en justice, par peur ou découragement face à l’ampleur des procédures.

Sachez pourtant qu’il est important pour notre bienêtre physique et mentale de ne pas rester sans agir et que ce genre de comportements constitue des délits, et enfin, que la loi permet de plus en plus de lutter contre.

Si vous avez la moindre question concernant cette enquête, n'hésitez pas à nous contacter! 

À propos de nos experts

Nous pensons que pour qu'un sujet puisse être expliqué clairement, il doit être parfaitement maitrisé dans un premier temps. C'est pour cette raison que nos équipes sont composées de différents experts qui cherchent à répondre à vos questions, dans leur thématique de prédilection!

Laissez un commentaire: